Pas de rénovation sans rénover l’éclairage

Dans les bureaux, la rénovation performante de l’éclairage peut apporter chaque année, par mètre carré rénové :

  • 39 kWh d’économie d’énergie
  • 2,6 kg d’émission de CO2 évités
  • 5 € économisés sur la facture d’électricité
  • 3 € économisés sur la facture de maintenance

Ces performances sont permises par des travaux conformes à la règlementation, utilisant la LED et ses automatismes associés.

Rénover l’éclairage des bureaux offre chaque année une économie de 8 €/m2

Nouveau guide Ademe : rénover l’éclairage des bâtiments tertiaires

L’ADEME vient de publier le guide « Rénover l’éclairage des bâtiments tertiaires » dans la collection « Clés pour agir ». Il constitue un outil de travail et de prescription fiable et pratique, pour la maitrise d’ouvrage, soutenu par toute la filière permettant d’atteindre les objectifs de la transition énergétique.  Il rappelle les connaissances essentielles et le langage commun utiles à l’ensemble des acteurs de la rénovation pour moderniser une installation d’éclairage, opération que le Plan de relance a identifié comme une « action à gains rapides », présentant un fort retour sur investissement », tous deux mesurables.

Fabrice Boissier, directeur général délégué de l’Ademe, revient sur le dynamisme des TPE/PME en termes d’emploi. « Très souvent, les chefs d’entreprise n’ont pas les moyens de se pencher sur les sujets énergétiques et donc c’est un peu un angle mort. Et pourtant la performance énergétique et globalement écologique est un facteur de compétitivité ». 

https://www.batiweb.com/actualites/developpement-durable/le-plan-de-relance-est-un-appel-a-reussir-ensemble-e-wargon-2020-09-09-36785
Fabrice Boissier, directeur général délégué de l’Ademe

L’élan de toute une filière professionnelle

Ce guide est édité par l’Ademe, et le Syndicat de l’éclairage en est le principal contributeur.

Dans une logique de filière professionnelle unie, il est cosigné par 9 autres organisations :

  • les installateurs électriciens de la Capeb, Fedelec, la FFIE et du Serce
  • les fabricants d’éclairage de sécurité d’IGNES
  • les distributeurs de la FDME
  • les experts de l’AFE
  • l’éco-organisme Ecosystem
  • les acteurs publics et privés impliqués dans le parcours de rénovation des bâtiments sous la bannière commune de la Charte Engagé pour FAIRE
Les cosignataires du Guide

Avec le Ministère de l’écologie et l’Ademe, tous ces partenaires sont tournés vers le même objectif de promotion des solutions performantes et durables. Il est temps de provoquer un plan massif de rénovation des systèmes d’éclairage des bâtiments tertiaires, sans attendre une quelconque rénovation globale de ce parc. En effet, les deux peuvent se faire séparément !

Rénover l’éclairage, une opération indépendante

La rénovation des systèmes d’éclairage est indépendante de la rénovation des usages thermiques. C’est-à-dire que l’on peut rénover l’éclairage, et seulement l’éclairage, sans rénover les autres usages de l’énergie. Cela permet de rénover sans attendre : nul besoin d’attendre des financements importants, des autorisations compliquées, de planifier des chantiers complexes !

Alors que la rénovation thermique, souvent évoquée, est une rénovation nécessairement globale du bâtiment, on peut donc remplacer ses éclairages rapidement, et ainsi accéder à des économies rapides et importantes.

C’est ce qu’exprime avec conviction Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment durable, dans l’avant-propos de ce document :

« La modernisation des installations d’éclairage, soit environ 20 % de ses consommations d’électricité, s’avère une des opérations les plus rentables, à très court terme, et durablement. Et si la rénovation énergétique nécessite bien sûr une approche globale, l’éclairage peut être une première étape pour entrer dans une démarche de réduction de la consommation d’énergie, avec des solutions simples et éprouvées »

Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment durable
Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment durable

En appui à cette dynamique de rénovation, on trouvera l’arrêté de 2017, et le décret de 2019 relatif aux obligations de rénovation dans le tertiaire, mais aussi dans toutes les opérations de rénovation de moins de 1000 m2, qui ne sont pas visées par ce décret.

En matière de transition écologique pour l’éclairage, il y a un vieux slogan qui est toujours d’actualité : « faisons-vite, ça chauffe ! ».

©Ademe

SyndElairage Ademe - Guide Rénovation éclairage tertiaire 2020

Télécharger