Nos positions

En tant qu’organisation professionnelle représentante de tout un secteur industriel, le Syndicat de l’éclairage a vocation à communiquer et défendre les positions de ses adhérents. Les fabricants de luminaires pour l’éclairage intérieur fonctionnel et architectural mettent en avant la transparence dans la communication des données liées à leurs produits.

C’est ainsi que la Charte pour les luminaires LED en éclairage intérieur a vu le jour en 2014.

Mais au-delà des produits, c’est l’installation d’éclairage dans sa globalité qui est concernée : les installations existantes sont vétustes, obsolètes, et la rénovation du parc existant est un véritable enjeu.

L’enjeu de la rénovation

Les bénéfices de la rénovation des installations d’éclairage intérieur sont multiples, principalement pour deux raisons :

  • à cause de l’âge moyen du parc installé, le décalage est réel entre les performances des produits en place et les performances des produits d’aujourd’hui
  • grâce à la “lumirévolution“, c’est-à-dire la rupture technologique qui fait entrer l’éclairage dans l’ère numérique avec l’éclairage LED, les performances des produits mis sur le marché ont réalisé un bond impressionnant, accentuant encore le décalage avec les luminaires du parc installé

Grâce à la rénovation, les utilisateurs bénéficient d’installations aux performances optiques équivalentes, économes en énergie, et qui offrent des possibilités de gestion qui correspondent aux attentes actuelles. C’est pourquoi le Syndicat de l’éclairage a identifié la rénovation comme enjeu majeur : nombre de nos actions sont dirigées en faveur de l’augmentation de ce taux de rénovation.

 

L’exemple de la rénovation des bureaux en quelques chiffres :

Dans les bureaux, un mètre carré rénové avec des luminaires fluorescents électroniques et gestion automatique selon la présence et la lumière du jour, c’est en moyenne chaque année :

  • 50 kWh économisés
  • 5 kg d’émission de CO2 en moins
  • 5 € économisés sur la facture d’électricité
  • 2,50 € économisés sur la facture de maintenance.

Soit 7,50 € par m² et par an d’économies globales

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour davantage d’informations, vous pouvez consulter le guide de rénovation de l’éclairage dans les bâtiments tertiaires.